Sunday, January 1, 2017

Saturday, October 1, 2016

Journée mondiale du végétarisme!

Copyright @ Françoise Herrmann


Pour la santé, pour les animaux, pour l'environement, et pour l'humanité.

Référence
Association Végétarienne de France
http://www.vegetarisme.fr/
EVU - Eurpean Vegetrian Union - Union végétarienne européenne
http://www.euroveg.eu/ 
Le label V - le Label végétarien européen 
http://v-label.eu/fr/

Friday, September 30, 2016

Journée mondiale de la traduction!

Copyright @ Françoise Herrmann

Sur le thème choisi cette année "Unissons le monde", la FIT (Fédération Internationale des traducteurs) invite tous les traducteurs et interprètes à célébrer la Journée mondiale de la traductionl

Référence
FIT - Fédération Internaitonale des Traducteurs
http://www.fit-ift.org/?lang=fr 

Saturday, September 10, 2016

Outil de traduction - Sites Web bilingues et plurilingues (2)

Copyright © Françoise Herrmann

Voici de quoi renseigner davantage vos recherches linguistiques et documentaires en traduction !

De nombreux autres sites des agences de l’ONU sont des sites plurilingues de construction parallèle. Parmi ces sites de construction parallèle qui fonctionnent dans les six langues officielles de l’ONU, voire le français, l’anglais, le russe, le chinois, l’arabe et l’espagnol, vous trouverez :


Essayez-les, vous le découvrirez vous-même !

Thursday, September 8, 2016

Outil de traduction - Sites Web bilingues et plurilingues parallèles (1)

Copyright © Françoise Herrmann

Certains sites Internet sont conçus très particulièrement pour faciliter la vie des traductrices et traducteurs! Je pense aux sites bilingues ou plurilingues – complètement parallèles!  C’est-à-dire que vous y trouverez, en général, mais pas toujours, dans le coin supérieur droit, des icônes (par ex. des drapeaux) ou des liens (par ex. FR, GB, IT, DE, etc..) qui vont vous permettre de basculer dans l’univers parfaitement parallèle d’une autre langue.

Voici en un premier temps, deux de ces sites que je vous encourage vivement d’explorer, tant pour vos recherches linguistiques que documentaires. Et surtout, par exemple, s’il s’agit d’une citation directe (d’un passage d’une loi, d’une réglementation, d’une notice etc…) puisqu’en basculant vous trouverez la traduction officielle de votre citation,  dans l’univers parallèle de ce site bilingue, ou plurilingue.

Santé Canada / Canada Health
Une barre d’outils horizontale vous permettra de sélectionner « English » du côté Santé Canada et « Français » du côté Canada Health, pour accès à un contenu complètement bilingue parallèle, y compris des images qui défilent en boucle et du contenu des hyperliens.

Et ce n’est pas tout, puisque vous trouverez ce genre de parallélisme dans tous les sites des institutions canadiennes. Donc, ibid. par exemple, pour le site Justice Laws Website du gouvernement du Canada, qui se décline en parallèle,  en français  au Site Web de la législation (Justice), moyennant cette fois des liens plus traditionnels vous permettant de basculer  dans le coin supérieur droit de l’écran.

OMS – WHO
Le site de l’OMS, (Organisation mondiale de la santé), sous l’égide de l’ONU, (Organisation des Nations Unies) est un site plurilingue qui fonctionne dans les six langues de l’ONU, à savoir l’anglais, le français, l’espagnol, l’arabe, le chinois et le russe.  Pour basculer d’un univers parallèle à l’autre, les options se trouvent dans le coin supérieur droit de la page affichée. À vous d’en découvrir les détails en sachant qu'il en est ainsi pour tous les sites web des multiples organismes de l'ONU.

Aujourd’hui, pour ma part je lis une histoire de virus sans frontières... un article sur « La maladie à virus Zika et ses complications », en anglais « Zikavirus and its complications », en espagnol « Enfermedad por el virus deZika y sus complicaiones », en russe « Вирус Зика и его осложнения», en chinois «寨卡病毒及其并发症 », et en arabe (qui apparemment se lit un peu comme l’hébreu, de la droite vers la gauche) « مرض فيروس زيكا ومضاعفاته ».

 Ceci uniquement à titre d’illustration…

Quid le langage de la médecine? (4) Un langage en contexte

Copyright © Françoise Herrmann

Oui, je vous demandais donc de ne pas oublier le contexte ! Et de toute évidence tout se coince en son absence…

Qu’est-ce donc que le contexte du langage médical et pourquoi est-ce si important ?

Lorsqu’on parle de contexte par rapport au langage, on change d’objet d’étude. On passe du langage à son utilisation, de la langue à la parole en termes anciens et Saussuriens…. C’est-à-dire, on passe d’un système abstrait -- du reste très, très bien décrit; de ses unités, (par ex. les mots, les suffixes, les préfixes);  et de ses propriétés, (par ex. de synonymie, d’antonymie, voire du singulier ou du pluriel), vers une notion de sujet parlant et ses interlocuteurs ou son public. Et cette différence change tout. Surtout, elle explique davantage de phénomènes, notamment le choix ou la variation linguistique (du sujet parlant à l’attention de ses interlocuteurs).

En effet, l’introduction d’un « sujet parlant » dans l’étude du langage change la façon dont on conçoit du langage et en occurrence celui de la médecine ! Souvenez-vous par exemple des synonymes. Sans notion de contexte on ne peut pas facilement expliquer pourquoi il en existe tant ! Certes, on peut décrire la terminologie latine et grecque et en analyser sa formation ou son étymologie, et on peut aussi étudier les écarts avec les propositions de standardisation, mais pour expliquer la co-existence de toutes ces terminologies, il faudra une notion d’utilisation et surtout de variation.

Souvenez-vous aussi des abréviations et de leur foisonnement lorsqu’il s’agit d’un moyen mnémonique; des emprunts (ou anglicismes) aux frontières du français au contact de l’anglais; du contexte des ordonnances où on emprunte tantôt au latin tantôt à la sténographie; des acronymes, même empruntés qui ont déjà pris racine dans la langue réceptrice (je pense au laser par exemple); et des abréviations non-standardisées, définies dans le cadre d’une étude de recherche, fidèles aux fonctions du raccourci (par ex. on ne dira pas à chaque fois "le groupe de contrôle sous traitement conventionnel de statines"). Bref, il s'agit de toute la variation qui existe au niveau de l’utilisation des abréviations, et qui échappe complètement à une taxonomie descriptive -- et non moins intéressante -- des moyens d’abréviation au niveau de la langue (par ex. apocope, syncope, aphérèse etc.)

Le langage de la médecine nous l'étudions en un premier temps sous forme de système, en vase essentiellement  clôt, c’-à-dire, en dehors de son utilisation dans une consultation, un service hospitalier ou autre lieu de la médecine. Nous nous penchons ainsi sur la composition et décomposition des mots, sur les synonymes et les abréviations, avec pour objectif de comprendre le sens que les mots véhiculent à partir de leur racines, préfixes ou suffixes ou, lorsqu’il y a synonymes, leur explication, voire leurs nuances, et idem pour les abréviations à multiples fonctions.

Il faudra pourtant aussi se tourner vers le contexte du langage de la médecine, vers son utilisation en temps réel dans un service, dans une consultation, en salle d’opération, vers son énonciation par les médecins, et autres professionnels de la santé, face aux patients et à leur sujet, et entre collègues.

Et, pour cela, il faudra lire l’œuvre de Christian Balliu (par ex. 2001, 2005a, 2005b, 2010), qui lui se met à l’écoute très précisément du langage médical en contexte, tel qu’il se trouve utilisé à l’étage d’un service, énoncé par ses véritables utilisateurs, les médecins. Il nous livre ainsi plus d’une surprise concernant ses propriétés et son fonctionnement, une caractérisation dite socio-culturelle, son objet se situant dorénavant  enraciné dans une communauté. 

Références
Balliu, CH (2005a) Le nouveau langage de la médecine : Une affaire de socioterminologie. META, vol 50(4).
Balliu, CH (2005b) Le nouveau langage de la médecine : Une affaire de socioterminologie. META, vol 50(4).
Balliu, CH. (2010) Le traducteur, le médecin et le patient.  META, vol. 55(1), p. 15-22. 

Friday, August 19, 2016

Journée mondiale de l’aide humanitaire

Copyright © Françoise Herrmann
  
Aujourd’hui, Journée mondiale de l’aide humanitaire sur le thème d’Une humanité. En particulier les 130 millions de personnes dans le monde confrontées à des situations impossibles de conflit et de désastre qui dépendent de l’aide humanitaire pour survivre.

La Journée Mondiale de l’aide humanitaire a été fondée il y a sept ans en commémoration de l’attentat commis dans le quartier général de l’ONU, à Baghdad, en Irak, en 2003. 

La célébration de cette journée en 2016 marque l'aboutissement d'une année d’action intensifiée en raison du premier Sommet mondial sur l’action humanitaire qui a eu lieu à Istanbul, en Turquie, les 23 et 24 mai. En effet, le thème d’Une humanité reprend celui du rapport du Secrétaire Général de l'ONU, intitulé: Une humanité: Responsabilité partagée, préparé à l'intention d'Un monde rassemblé au Sommet, decidé à intervenir pour surmonter les divisions.

L’ONU-OMS lance aussi à cette occasion la campagne sur réseaux sociaux des Choix Impossibles afin de sensibiliser le monde aux genres de confilts qui existent, et auxquels les réfugiés et/ou victimes des catastrophes doivent faire face au quotidien.  

Voici quelques points clés extraits des crises humanitaires qui ont renseigné l a campgne humanitaire des Choix Impossibles:
  • En 2014 80% des victimes des mines étaient des civils.
  • 92% des personnes tuées ou blessées par des armes explosives dans des zones peuplées sont des civils.
  • Le phénomène climatique El Nino a touché plus de 62 milllions de personnes dont 32 million en Afrique subsaharienne.
  • La durée moyenne des déplacements involontaires de populations pour cause de confit est d’environ 17 ans.
  • Plus de 26 millions de personnes ont été déplacées pour cause de catastrophes naturelles depuis 2009.
  •  Au Yemen, 14 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable.  
  •  60% de la mortalité maternelle a lieu dans des zones de crise humanitaire
  • 75 millions de femmes et enfants sont piégés dans des situations de crise humanitaire.
References
Journée mondiale de l’aide humanitaire
http://www.un.org/fr/events/humanitarianday/
UN – OCCHA – Office for the Coordination of Humanitarian Aid
ONU - OMS - Campagne des Choix Impossible
https://fr.worldhumanitarianday.org/fr?country=US 
Agenda for Humanity -  One Humanity: Shared responsibility – Report of the UN Secretary General for the World Humanitarian Summit (Feb. 2016)